serveur

Docker

Docker

Docker, un choix judicieux, pour une solution complète.

J’ai découvert Docker il y a moins d’un an, alors que certaines applications que j’avais entrepris de mettre en place étaient lourdes et compliquées à installer, je me suis tourné vers Docker. Sans les problèmes de dépendances ou paquets sous Linux, les temps d’installations, et l’absence de garantie de fonctionnement, Docker était une solution de choix.

Docker est très facile à installer, tant sous Linux que sous Windows. Il ne s’agit pas de virtualisation, mais de conteneurisation.

Docker intègre les logiciels dans des unités normalisées appelées conteneurs, qui rassemblent tous les éléments nécessaire à leur fonctionnement, dont les bibliothèques, les outils système, le code et l’environnement d’exécution. On parle alors d’images.

Il y a deux modèles de licence Docker : open source avec Docker Community Edition (CE), et par abonnement avec Docker Enterprise Edition (EE). Celle qui m’a intéressée est la version gratuite CE.

De la même manière qu’une machine virtuelle virtualise le matériel serveur, les conteneurs virtualisent le système d’exploitation d’un serveur.

Container vs VM

Pour ce qui est des limites de Docker, un conteneur n’a aucune contrainte de ressource et peut utiliser autant de ressources que le permet le planificateur de noyau de l’hôte. La quantité maximum de conteneur suit donc les mêmes règles.

Sources :   
https://www.docker.com/why-docker  https://aws.amazon.com/fr/docker/

Publié par Frédéric B dans Non classé, 0 commentaire